Clément Althaus - Bateleur
  2017-2018
Pratique Infos
 billetterie en ligne 
  toute la saison
tarifs
lettre d'actu
 
  résidences de création accès et horaires
presse
 
  scolaires et enseignants   archives
 

clement_althaus_bateleur_bandeau.png

 

START 361°
De et avec : Clément  Althaus
Collaboration artistique : Adrian Althaus
Lumière : Samuèle Dumas
Crédit Photo : START 361°

Avec le soutien du Théâtre le Lavoir (Menton), Anthéa-Théâtre d’Antibes,
l’Entre-Pont et l’Espace Magnan.

Prévente :
Accueil de l'Espace Magnan
Weezevent - FNAC - Carrefour
Francebillet.com - Billet Réduc 

 

Clément Althaus - Bateleur


Seul en scène musical
Bienvenue dans un parc d’attraction baroque. Attention aux embardées de cette fugue épique : Ici le bateleur jongle avec une néo pop orchestrale à la poésie taillée au couteau.
 
Artiste protéiforme, acrobate des sons, Clément Althaus a composé pour le théâtre pour de nombreuses compagnies (dont Collectif 8, Une petite voix m’a dit…) mais également pour l’Opéra de Nice et le Théâtre National de Nice.

Il revient à un seul en scène musical, pour nous entrainer au plus intime de son univers pop/rock aux accents épiques. Aux commandes de son dispositif technique, il crée une orchestration en direct, convoquant clavier, guitare et chœurs avec ingéniosité. Ni concert, ni performance, il nous invite à une plongée dans son monde musical, à la fois tendre et cynique.

Sur les tréteaux de la place publique, le bateleur déclame ses tours de passe-passe sur fond de valse foraine. Magicien ou charlatan ? Il a appris à faire disparaître le dé sous les gobelets en cuir mais y a-t-il seulement un instrument dans son étui ? Ici le verbe se livre sur des cordes de bronze et la voix se rythme au dance floor des battements du coeur.
De note en note, mot à mot, le bateleur joue à perdre pour nous inspirer confiance, mais dans la passe finale, il rafle toujours la mise. Ses textes sont les lames d’un paquet de cartes que l’on retourne au hasard de la pioche. Sauf qu’il n’y a jamais eu de hasard. Tantôt mineures, tantôt majeures, certaines histoires se frappent sur les touches sombres d’un clavier tandis que d’autres se frettent au manche d’une guitare. Il est question de théorie du complot, de cocktail mondain, de fin du monde, d’une berceuse pour un enfant à naître… Il est question d’amour. Il est réponse d’excès. Et d’humour noir en rire jaune, on donne à voir et à entendre, à rire et à penser.
Réalité ou fiction, jouons à croire que ses histoires sont les nôtres. On verra bien en sortant ce que le bateleur nous a volé. Notre coeur ou notre argent ?